Des Cameron Highlands au Taman Negara : Road-trip en Malaisie

Carnet n°44 - Road-trip en Malaisie : Des Cameron Highlands au Taman Negara

Après ces journées de farniente à Kapas, nous décidons de prendre la route pour faire un tour du côté des Cameron Highlands et dans la jungle du Taman Negara. 

Découvrir les terres de Malaisie entre copains

Avec Ophélie et Edouard, nous avons décidés de louer une voiture pour visiter un peu les terres de la Malaisie péninsulaire. Le pays n’est pas très large, les routes sont en très bon état, la voiture paraît être un choix plutôt sympa pour vadrouiller quelques jours en autonomie.

De retour à Marang, nous logeons une nuit de plus dans la grand ville du coin Kuala Terrenganu. La journée suivante, nous la passons à rechercher un loueur de voiture, à le contacter et à récupérer notre bolide. Le soir même, Edouard au volant de la petite Axia – et restera notre chauffeur pendant les 4 prochains jours – nous conduit à la Mosquée de Cristal. De nuit les minarets et les dômes de la mosquée se parent de lumières changeantes. Malgré le petit côté dysneyland, l’endroit est assez curieux.

mosquée de cristal Kuala Terrenganu

En route vers les Cameron Highland : des palmiers, des palmiers et toujours des palmiers

Le lendemain, départ en début de matinée direction les Cameron Highlands. Cette région de la Malaisie est connue pour ses plantations de thé et ses fermes de fraises. De plus, la zone étant légèrement en altitude, elle bénéficie d’un climat tempéré bienvenu dans ce pays où la chaleur humide est légion toute l’année.

La route nous mène à travers les champs de palmiers à huile. Étonnant et effrayant à la fois. Nous savons pertinemment à quel point le commerce de l’huile de palme est fort et important en Malaisie. Traverser sur des kilomètres et des kilomètres des régions où l’on ne distingue qu’un type de végétation de part et d’autres de la route nous ramène nécessairement à la triste réalité de ce commerce. La Malaisie surexploite son territoire pour pouvoir vendre l’huile tant recherchée, laissant de côté tout intérêt pour la faune sauvage qui vivait dans ces hectares de jungle déforestée.

 Malgré tout, les 400km qui nous sépare des Cameron Highlands se passent dans la joie et la bonne humeur. À bord de notre véhicule, nous prenons plaisir à discuter rire et échanger avec nos copains. On s’arrête de temps en temps pour faire quelques photos, notamment aux abords du Tasyk Kenyr, l’un des plus grands lacs du coin.

Lac Kesyr malaisie

Tanah Rata : l’autre visage du développement urbain

 Lorsque nous arrivons aux Cameron Highlands, tout autour de nous s’élève un paysage vallonnés aux montagnes verdoyantes. Le paysage ne ressemble cependant pas aux photos qui vantent les mérites de cette région… partout sur les collines, des bâches affreuses apparaissent, telles des champignons, partout où notre regard se pose.

On sait très bien ce qu’elles cachent : des cultures de fraises sous serres. Puis arrivent un autre aspect décevant : les constructions toutes aussi laides les unes que les autres qui s’accumulent et défigurent le paysage au fur et à mesure que nous nous approchons des « villes ». Le spectacle est encore plus désastreux quand nous les traversons. Des quantités d’immeubles sont construits et restent vides ! On se demande bien à quoi ils sont destinés…Tanah Rata, la ville où nous dormirons pendant deux jours n’échappent pas à la règle -bien qu’elles soient moins désagreable que ses voisines.

Randonner dans les Cameron Highlands

Notre arrivée aux Cameron Highlands n’est donc pas aussi spectaculaire que ce à quoi nous nous attendions. Le spectacle est plutôt décevant pour ne pas dire désastreux.

Nous dégotons cependant une auberge plutôt agréable un peu à l’écart du centre ville. Le lendemain matin, après un bon petit déjeuner nous partons faire un peu de marche. Il y a quelques chemins de randonnée dans le coin, on en profite pour faire un peu travailler nos jambes.

La marche consiste à une randonnée assez abrupte dans la forêt. Cela me rappelle la randonnée que nous avions fait au Cerro Chato au Costa Rica il y a déjà un an. Le même genre où l’on doit faire avec les racines des arbres, le dénivelé et la chaleur. Au point culminant on profite d’un arrêt pour profiter de la vue légèrement dégagée sur les monts de verdure et de plastique. On croise la route d’un chasseur d’insectes avec une guitare puis on redescend pour continuer la marche. En fin de randonnée on va se sustenter dans une ferme de fraise.

vue dans les cameron highlands

Ici pas d’agriculture biologique on sent bien que le seul but de ces cultures est le profit. Certaines fermes se targuent de proposer aux touristes de venir cueillir les fraises eux-mêmes mais celles-ci sont au même prix qu’une fois dans leur boite et en vente… voire plus chères. On profite cependant d’un bon dessert qui mélange fraises et chocolat.

& plantation de thé

Le lendemain, avant de prendre la route pour le Taman Negara, nous passons quand même dans la plantation de thé Boh. Le point d’intérêt le plus représentatif de la région. La route serpente dans la plantation, puis nous emmène jusqu’à un parking. De là, nous rejoignons un bâtiment dans lequel on vend du thé et où l’on peut en boire accompagné de quelques pâtisseries, moyennant certainement trop d’argent par rapport au coût de la vie locale. On entre simplement dans le bâtiment pour aller sur le balcon et prendre la photo en bonne et due forme … celle que l’on voit partout, la seule qui permettent de ne pas avoir ces satanées bâches de plastiques qui viennent gâcher toutes les photos… C’est dans la boite, on peut partir tranquilles mais déçus, on peut vous le dire.

cameron highland

Bon à savoir

Comment se rendre aux Cameron Highlands ?

Depuis Kuala Lumpur, Penang : bus direct pour les Cameron Highlands à la station TBS

Depuis autre part, prendre un bus pour Ipoh puis un autre qui vous déposera dans la ville de Tana Rata.

Où dormir aux Cameron Highlands ?

Sans hésiter, foncez au Cameronian Inn. Grandes chambres propres entre 50 et 60 RM la nuit, sdb partagé. Parking, ambiance à la cool.

Que faire aux Cameron Highlands ?

De la randonnée : plusieurs chemin sont ouverts. Les plus connus sont le n°1 et le n°10

Visiter les fermes de fraises ou les plantations de thé 

En route vers le Taman Negara

La route vers le Taman Negara est longée par les palmiers. Au fur et à mesure la jungle se fait un peu plus présente jusqu’à arrivée à Kuala Tahan le village à l’entrée du Taman Negara.

Le Taman Negara c’est le « parc national » de la Malaisie péninsulaire. En gros, c’est de la jungle et de la vraie ! Ce coin de forêt tropicale est l’un des plus vieux du monde. Vieille de 130 million d’années, ce « paradis vert » protégé du commerce, abrite une faune riche et diversifié ainsi que des peuples natifs, les Orang Asli .

On va loger au Durian Chalet à l’écart du centre ville. Heureusement que nous avons une voiture, la chaleur dehors est presque insupportable. Nous nous installons dans nos quartiers pour deux nuits. On ne veut pas aller faire un trek dans la jungle, nous l’avons déjà fait en Bolivie, en Colombie et au Laos, on est simplement venus profiter de la marche sur les ponts suspendus dans la canopée. Nous irons dès le lendemain.

Les ponts suspendus du Taman Negara

Ici non plus le village n’a pas d’intérêt, c’est assez laid et les restaurants ne sont pas très bons. Mais on s’en accommode. En fin de matinée, nous prenons la petite navette qui en à peine deux minutes nous fait rejoindre l’autre rive du fleuve, là où se trouve l’entrée du parc. On paye notre entrée et notre droit de prendre des photos puis on suit les panneaux qui indique le chemin dans la canopée. Nous sommes seuls sur les planches de bois qui tapissent le sol. C’est plus agréable de marcher la dessus que d’enjamber les branches de la jungle.

passerelle dans le taman negara

taman negara

Nous arrivons finalement, après une bonne demie heure de marche dans ce paradis vert, au début des ponts suspendus. Pendant quelques minutes nous apprécierons le nouveau point de vue que nous offrent ces ponts suspendus à plus de 40m au dessus du sol. C’est assez vertigineux, surtout quand les ponts bougent un peu trop. En plus, nous sommes seuls dessus, de quoi bien apprécier la visite. Dommage, une partie du parcours est fermé pour on ne sait quelle raison. Le plaisir est avorté mais tant pis, j’en garde quand même un bon souvenir.

ponts suspendus

ponts suspendus

Finalement, après quatre jours de voiture et de tourisme, il est temps de retourner à Kuala Terrenganu. Nous avalons encore quelques centaines de kilomètres, puis retournons en ville. Nous rendons la voiture et préparons la suite de notre séjour.

Nos aventures à quatre ne s’arrêtent pas là cependant, nous décidons tous d’aller sur l’île de Tioman, les plages nous manquent déjà !

Bon à savoir

Prix d’entrée au Taman Negara :  1 RM/ personne (0,20€) + 5 RM (1€) par appareil photo, caméra ou téléphone portable.

5 RM pour les ponts suspendus « canopy walkway »

Où dormir à Kuala Tahan ?

Durian Chalet est pas mal, grand jardin agréable et petit bungalow avec sdb sommaire pour 50RM (11€). Un peu éloigné du centre. Si vous êtes à pieds, peut-être moins fatiguant de trouver quelque chose dans le centre-ville

La semaine prochaine, on se retrouve pour faire un petit tour sur une nouvelle île : l’île de Tioman. Encore une dose de petit paradis, ça vous tente ?

 

Pin It on Pinterest

Share This

Cet article vous a plu ?

Pourquoi ne pas en faire profiter vos amis ou le garder en mémoire ? Partagez cet article !