Découvrir la Colombie loin des touristes | On Part Quand ?

Dans la première partie de cette article, le carnet n°10, nous vous parlions de notre arrivée et de notre quotidien chez Annie et truman à Ukuku lodge. Maintenant, laissons place à la découverte du canyon de Combeima près d’Ibague, un coin de Colombie hors des sentiers battus

Découvrir la Colombie hors des sentiers battus

Durant nos deux semaines de volontariat dans la région de Tolima, près d’Ibague en Colombie, nous avons eu l’occasion de bien découvrir les possibilités d’activités que propose cet endroit déserté par les touristes. Accompagnés de Truman et Annie, nous avons apprécié nous balader à la rencontre des populations et de la culture de cet endroit qui n’a rien à envier aux spots bien connus des touristes en Colombie. Petit tour d’horizon.

Développer le tourisme responsable dans la région d’Ibague, Colombie

Ces 17 jours passés à Ukuku lodge, dans cette Colombie hors des sentiers battus, ont été bien plus rythmés par nos échanges avec Annie et Truman, nos excursions et la découverte du canyon de Combeima que par le travail. Si nous sommes restés aussi longtemps c’est parce que définitivement, Ukuku est un petit paradis au cœur d’un lieu unique, inconnu des touristes, et qu’Annie et Truman sont deux personnes adorables.

Curieux et passionnés par leur environnement et leur pays, ce couple de biologistes ne s’arrête jamais. En plus de posséder le lodge, ils sont aussi à la tête d’une agence de voyage. Ils proposent ainsi aux personnes qui sont intéressées, différentes excursions dans le canyon de Combeima.

Mais ce n’est pas tout ! Truman, est aussi photographe et passionné de montagne, il s’est déjà aventuré sur trois des plus hauts sommets du monde et dans deux ans il compte bien s’attaquer à l’Everest. Bref, pour grimper sur les sommets de Colombie, Truman est votre homme. Ce n’est donc pas pour rien que Ukuku se trouve au pied du parc Los Nevados où le volcan Tolima, l’un des plus hauts sommets de Colombie, culmine à 5270 m d’altitude.

Au cœur des montagnes, à 1,2km du premier pueblo, et à une trenteine de bornes de Ibague, Ukuku est l’endroit parfait pour faire une retraite naturelle. Ici, on s’émerveille des fleurs du jardin, on passe son temps à regarder les colibris et les nombreuses espèces d’oiseaux différentes qui viennent les butiner, on admire les montagnes environnantes et le volcan lorsqu’il accepte de se séparer de la brume qui protège son sommet.

CANON_COMBEIMA

ANDEAN BLOSSOMCROWN

MARIPOSA

Et puis on mange. On boit des jus de fruits frais, des limonades faites à partir des citrons cueillis dans le jardin et on découvre la cuisine colombienne qu’Annie prépare avec amour. On se régale en partageant de nombreuses discussions sur nos cultures quelques peu différentes. Avec Annie et Truman on apprend aussi à mieux parler espagnol car ils ne parlent quasiment pas anglais et on se fait des blagues, beaucoup de blagues.

ARNAUD4

Ici, le temps s’effeuille lentement mais surement, les journées sont bien remplies mais on a en même temps le sentiment d’en profiter à fond.

Annie et Truman prennent plaisir à faire connaitre leur belle région de Colombie. Invisibles aux yeux des touristes qui s’attardent toujours plus nombreux à Salento, IIbague, le canyon de Combeima et la région de Tolima cherchent à se faire une place au sein des destinations phares du pays. Ainsi, Annie et Truman nous ont emmené avec eux à la découverte de ces richesses cachées de colombie hors des sentiers battus.

Faire un trek jusqu’au Cerro Machìn, un volcan peu touristique.

Lorsque nous étions à Salento, nous avons été faire une excursion d’une journée jusqu’au Cerro Machìn et nous ignorions à ce moment-là que nous étions en fait, tout près (enfin tout est relatif) de Juntas et donc d’Ukuku. Deux jours après notre arrivée, Truman nous a proposé de venir trekker avec lui jusque là bas, il avait besoin de faire du repérage pour de prochaines expéditions touristiques. Je n’y suis pas allé mais Arnaud a tenté l’expérience. Pendant deux jours, lui, Robin et Truman, ont arpenté les sentiers du volcan. La marche a été dure mais l’expérience en valait bien plus la peine et était complètement différente de notre première excursion au même endroit.

ARNAUD_ROBIN_TRUMAN

robin_arnauld_10

robin_arnauld_9

robin_arnauld_8

robin_arnauld_4

robin_arnauld_2

Pendant ce temps, j’étais trop occupée avec Annie à aller chercher du bois, couper, tailler, poncer, assembler les pièces pour faire des éléments de décorations pour les chambres d’hôtes : ici tout est fait main et Annie essaye d’arranger les choses avec le plus de goût possible !

En attendant le retour des garçons, nous sommes descendues au village où un volontaire (dépéché par Annie et Truman) donne des cours d’anglais, une fois par semaine, aux villageois. Tous étant propriétaires de petits commerces, l’apprentissage de l’anglais est indispensable s’ils veulent développer le tourisme dans cette région de Colombie. C’était très intéressant de voir ce cours presque particulier, un peu improvisé se passer.

En apprendre plus sur les fermes de café du canyon de Combeima

Vendredi 13 mai, après deux jours de travail au jardin et en cuisine, nous avons pris une journée off pour aller visiter une ferme de café. Nous n’avions pas pu aller en voir une à Salento (souvenez-vous, la pluie…) nous avons donc eu l’occasion de rattraper le coup ce jour là. En plus, ce qui est mieux c’est que nous serons seuls à faire la visite avec la propriétaire des lieux, et gratuitement ! En effet, Linda, connaissance d’Annie et Truman, nous a généreusement invitée à venir découvrir ses plantations de café à l’occasion. C’est désormais chose faite. Le terrain est immense et la visite dure un bon moment, nous traversons même une partie d’une forêt vierge dans laquelle on découvre la source d’une des rivières qui sillonnent le canyon.

lau_6

Linda nous montre ensuite les plants de café et nous explique comment celui-ci est récolté à la main, tous les quinze jours, puis fermenté et séché pour finir dans nos tasses et sans sucre s’il vous plait. On apprend par la même occasion que les graines de café, à l’intérieur du fruit mur, peuvent se mettre en bouche et sont enrobées d’une chaire blanche et sucrée.

CAFE3

CAFE6

On apprend aussi que les plants de café sont toujours entourés de bananiers, manguiers et arbres à yucca. Cela permettait, dans le temps, aux agriculteurs d’être autonomes et d’avoir une récolte personnelle pour se nourrir. Linda nous explique tranquillement le travail effectué dans cette ferme depuis plus de 100 ans et nous fait visiter la maison centenaire par la même occasion. Elle nous montre aussi le futur espace de camping, en cours de construction.

Il y aura donc moyen d’ici quelques temps de venir camper sur le terrain en profitant ainsi de la vue sur la montagne, ça devrait valoir le coup ! Pour finir, nous goûterons au chicharron ( graisse de porc frites, qui se mange pour grignoter) et emporterons une arepa sucrée au fromage pour combler la petite faim du milieu d’après-midi.

LAURE_ARNAUD

Nous filons ensuite à Ibagué car Truman va tenir une petite conférence auprès d’un public passionnés par la faune. Dans leur travail de mise en avant du territoire, Annie et Truman sont très sollicités pour venir informer les habitants de la ville des richesses de leur région en matière de faune et de flore. Ces initiatives en faveur du développement du tourisme en Colombie, leur permettent par la même occasion de parler d’Ukuku lodge et expéditions proposant ainsi tout un tas d’activités autour de la nature.

La Colombie hors des sentiers battus : se rendre à cheval et en téléphérique à la Finca La Riveira

Samedi 14 mai, nous nous rendons à la finca la riveira, une ferme agrotouristique perchée dans le canyon à laquelle on accède par un téléphérique après 5 km à cheval. Pour la deuxième fois en deux semaines, nous montons donc à cheval et en avant pour rejoindre le téléphérique. Personne ne nous a appris à bouger en cadence avec les mouvements du cheval donc on essaye de tenir comme on peut pour ne pas tomber.

lau_arnau_2

On arrive finalement au téléphérique. A la vue de celui-ci, Arnaud hésite (et moi aussi j’avoue) à monter dedans. Les câbles sont rouillés et le canyon est quand même très profond à cet endroit. Bon, on prend notre courage à deux mains, on s’agrippe à la nacelle qui, dans le même mouvement en profite pour balancer. Nous glissons sur les banquettes et hop, c’est parti.

10 minutes plus tard nous arrivons tout sourire sur le sol de la finca la riveira. On découvre que le téléphérique est littéralement piloté par un chauffeur !

ARNAUD_TELEPHERIQUE

TELEPHERIQUE3

La spécialité ici, c’est la truite, ils ont un bassin d’élevage aux abords du restaurant et sur la carte on ne sait quelle préparation choisir pour notre almuerzo. Trucha gratinada, trucha à la plancha, trucha con mariscos, trucha en salsa… bref, nos papilles sont émoustillées alors qu’on ne sait pas vraiment à quoi ressembleront nos assiettes. On se régale puis, on fait un tour sur le terrain pour aller voir les élevages d’animaux avant de rentrer au lodge. Ici on croise d’ailleurs nos premiers lamas !

On emprunte la caminata qui nous permet de redescendre le canyon, c’est une marche de pas moins d’une heure et demie dans le sable, les cailloux le crottin et la bouse qui nous attend mais le chemin avec cette vue sur les flancs du canyon est vraiment beau.

CANYON4

Bon à savoir

Prix du téléphérique : 15 000 pesos (environ 4,50€)

Location de chevaux : 20 000 pesos ( environ 6€)

Possibilité de camper sur le terrain de la Finca : www.fincahotellarivera.com/es

Puis est venu le temps pour nous de reprendre la route. Après un week-end où l’on a accueilli et servi un groupe d’une quinzaine d’étudiants en tourisme et deux jours plus tranquilles avec la famille d’Annie, nous avons décidé de partir.

Après 17 jours passés à Ukuku, loin des sentiers battus, nous ressentons désormais le besoin de reprendre le cours de notre voyage. Ces semaines passées à leurs côtés ont été très enrichissantes et nous ont vraiment permis de nous imprégner de la culture colombienne, et de mieux la comprendre aussi. Annie et Truman ont été adorables et Ukuku est vraiment un petit paradis au sein d’un environnement très prometteur. Nous leur souhaitons que le tourisme se développe comme ils le souhaiteraient car il y a du potentiel.

Suite aux conseils de Truman et après trois jours d’intenses réflexions face à la carte du pays, nous irons passer trois jours non loin de Medellin, dans la réserve naturelle du Rio Claro qui semble être un bon compromis pour retrouver notre autonomie en douceur. Mais ça, on vous le racontera dans le prochain carnet !

Bon à savoir

Comment se rendre à Ukuku Rural lodge :

Rejoindre Ibagué situé à environ 3h de Bogotá. Dans le centre ville, prendre la buseta (petit bus orange) qui va jusqu’à Juntas – 2500 pesos (moins d’1€). A Juntas, descendre à l’entrée du village, devant l’école primaire. C’est d’ici que part le chemin pour se rendre à Ukuku : traverser le ruisseau puis suivre la trace à travers la montagne.

A Ukuku possibilité de dormir en chambre ou en camping – petit déjeuner inclus. Les autres repas sont en plus.

Que faire dans le canyon de Combeima ?

  • Aller à la cascade
  • Aller manger à la Finca la Riveira
  • Faire un tour à Cheval
  • Observer les oiseaux
  • Faire un trek jusqu’au Cerro machin ou jusqu’au volcan Tolima

Pour ceux qui aiment les treks, vous pouvez aussi organiser votre venue à pieds, depuis Salento en passant par le Paramo de Tolima – ça à l’air magnifique !!

Le Canyon de Combeima est un coin de Colombie encore très préservé, hors des sentiers battus. Nous vous conseillons vivement de prendre quelques jours de repos chez Annie et Truman qui vous accueilleront chaleureusement et se feront une joie de vous présenter leur si belle région.

Pin It on Pinterest

Share This

Cet article vous a plu ?

Pourquoi ne pas en faire profiter vos amis ou le garder en mémoire ? Partagez cet article !