Plongée et Amed et Komodo Trip vers Florès | On Part Quand ?

carnet n°53 :faire de la plongée à Amed et rejoindre flores en komodo trip

 

Notre séjour sur Java s’est terminé par la superbe journée au Mont Bromo. Nadine et Charles, venus nous visiter pour leurs vacances, reprennent l’avion pour la France, tandis que nous, nous continuons notre exploration de l’Indonésie. Direction Bali puis Florès en Komodo Trip !

Passage express à Bali : 1 semaine de plongée à Amed

Après avoir eu un joli aperçu de Java avec les parents d’Arnaud, c’est la tête pleine de nouveaux souvenirs volcaniques que nous arrivons à Bali pour rejoindre Nicolas, le frère d’Arnaud, venu lui aussi nous rendre visite. Pendant 3 semaines, il passera ses vacances avec nous.

Kuta et son lot de galères

C’est à Kuta que nous l’attendons pour une nuit. Comment vous dire que cette étape n’est absolument pas nécessaire dans votre programme ? Vous êtes certainement prévenus, mais au cas où, on en remet une couche : Kuta Bali c’est naze. Aucune âme, tourisme de beauf australien qui ne sortent jamais de chez eux. Ici on n’a pas l’impression d’être en Indonésie. Si vous cherchez de l’authenticité, fuyez ! Et si vous cherchez juste un endroit où passer la nuit à proximité de l’aéroport de Bali, allez plutôt à Jimbaran, vous nous remercierez.

Cette fois-là en fait, on a enchaîné quelques jours pas très cool. Entre Kuta Bali où on s’est demandé ce que l’on foutait, le très mauvais rapport qualité/prix de notre hôtel avec cafards géants en prime et une arnaque/galère pour rejoindre les îles Gili, que finalement nous n’avons jamais rejoint, faut dire que le voyage de Nicolas ne commençait pas forcément sous les meilleurs hospices ! Si vous voulez avoir plus de détails sur ce qu’il s’est passé, je vous laisse lire notre page Facebook 😉

Bref, finalement donc, après un revirement de situation in-extremis, nous quittons le port de Padang Bai non pas en direction des Gili mais avec un chauffeur en direction d’Amed. On ne sait pas trop à quoi s’attendre, tout ce que l’on sait c’est que ça sera certainement mieux que de faire 10h de ferry pour arriver aux Gili.

Après deux heures sur une très jolie route à travers les paysages verdoyants de Bali, nous débarquons devant la plage de sable noir d’Amed. Nous découvrons un village (ou plutôt une succession de villages) constitués d’hôtels, restaurants et centres de plongée à tout va. Malgré tout l’atmosphère est loin d’être désagréable. D’ailleurs on se déniche une guesthouse toute mignonette, pas chère et très propre chez une petite famille de balinais. La cours est décorée d’un bassin avec quelques poissons, surplombé par plusieurs arbres aux belles fleurs de tiaré. L’endroit est bucolique, on s’y sent super bien, de quoi remonter au top notre moral un peu affecté par les événements de la journée.

Faire de la plongée à Amed

Finalement nous ne regrettons pas notre choix de ne pas être allés aux Gili. Amed s’avère être un endroit très sympathique et notre semaine là-bas aura été des plus agréables. Pour commencer ses vacances et pouvoir nous suivre dans nos expéditions sous-marine, Nicolas passe son Open Water.

Pendant ces quelques jours studieux, Arnaud et moi en profitons pour passer du bon temps. Nous irons quand même plonger à Amed tous ensemble sur la fameuse épave du coin : le USAT Liberty, un navire américain torpillé par les japonais. Une jolie plongée durant laquelle nous avons vu pas mal de coraux se développer sur les reste du bateau, des poissons perroquets à bosses géants, quelques tortues (mes préférées ! ). Les plongeurs ici sont nombreux, il faut dire que l’USAT Liberty est mentionné comme étant THE spot de plongée à faire en venant à Bali. Pas étonnant qu’il y ait autant de monde.

Les débutants aussi sont les bienvenus, d’ailleurs la majeure partie des plongeurs ici sont débutants. Ils font leur baptême de plongée sur l’épave, c’est joli, mais je ne suis pas certaine que quand on a jamais respiré dans un régulateur, on profite vraiment de l’environnement… L’avantage quand on est certifié, c’est qu’on plonge plus bas et donc plus loin. On avait déjà eu une expérience de plongée bondée, on n’avait pas trop aimé, là heureusement, à 20m près de l’épave, nous étions tranquilles pour profiter de la vie sous-marine.

Quelques visites dans les temples alentours

Quelques jours plus tard, nous faisons un saut au Water Palace et au Temple Lempuyang non loin de là. La première visite est jolie mais sans plus. Le temple bordé d’eau est plutôt photogénique et se balader sur les plateformes qui jonchent le bassin est assez drôle, mais la visite est quand même vite pliée.

En revanche, c’est presque la journée entière que nous avons passé au temple Lempuyang. Ce jour-là, c’était jour de procession pour la pleine lune, les balinais était donc nombreux suivre le chemin de procession à travers tous les temples du site. Et nous essayions de nous y mêler avec discrétion.

À vrai dire, heureusement qu’il y avait ces fêtes religieuses, ça nous a vraiment mis dans l’ambiance. Les balinais, comme le reste des Indonésiens d’ailleurs, sont gentils et étaient contents de nous voir là-bas avec eux. Nous n’étions pas des intrus, des touristes venus déranger leurs cérémonies. Non, ils nous ont accueillis dans leur procession, nous laissant nous mélanger à eux, toujours dans le respect de la culture de l’autre. C’est donc une balade de quelques heures que nous avons faite. Enfin balade… presque une randonnée ! C’est que les temples sont chaque fois un peu plus perchés. Si vous arrivez assez tôt, vous pourrez profiter d’une superbe vue, sur les monts et les rizières environnants.

À part le premier, les temples en soit n’ont rien d’extraordinaires. Pour moi, ils sont même plutôt similaires. Quoi qu’il en soit, nous avons passé une très bonne journée. Par ailleurs, la route est juste splendide, en lacet dans la montagne, nous offrant des vues vertigineuses sur les rizières d’un vert éclatant. C’est splendide et juste pour ça, ça vaut le détour.

Bon à savoir

Comment se rendre à Amed ?

  • Depuis Padangbai, le chauffeur privé nous a coûté 200 000 rps (~10,5€). La négociation a été dure. Environ 1h30 de trajet.

Où dormir à Amed ?

Kubuku Homestay – 150 000 rps (10€) la chambre double, très propre, chez une petite famille très gentille. Petit déjeuner compris. Wifi capricieux.

Où plonger à Amed ?

Il y a pléthore de centres de plongée et quasiment tous sont Français ou fournissent des cours en français. Nous avons plongé avec Born to Dive, bon équipement, bonne équipe. Prix : 750 000 rp (~50 €) pour deux plongées par personne.

Que faire à Amed ?

  • Visiter le temple d’eau … 30 000 rps/personne (mais en vrai on aurait pu entrer sans payer )
  • Visiter le complexe de temples… – 20 000 rps/personne (entrée + location sarong)
  • Location d’un scooter : 75 000 rps par jour

Se rendre à Lombok ou aux îles Gili depuis Amed :

Il y a des speedboats qui partent d’Amed pour aller directement à Bangsal sur Lombok en passant par les îles Gili (Trawagan et Air). Un ou deux départs par jour. Nous avons eu l’aller simple pour 200 000 rps/personne.

Komodo Trip au départ de Lombok

Après ces quelques jours tranquilles à Amed, nous décidons de rejoindre Lombok. Notre but étant de faire un Komodo trip jusqu’à Labuhan Bajo sur Florès, notre dernière étape en Indonésie. Depuis Amed, nous prenons le fast boat pour Bangsal. En 2 heures nous sommes à destination. De retour à Lombok, nous retrouvons les calèches et ce petit côté à l’arrache qui manque un peu à Bali. L’idée ici est de trouver un Komodo Trip, une croisière de quelques jours qui nous emmènera jusqu’à Labuhan Bajo, sur Florès en passant par quelques spots intéressants. On a lu beaucoup de bonnes choses sur ce tour alors c’est tout excités que nous finissons par tomber d’accord avec une agence pour réaliser ce trip vers Komodo. Le départ est prévu le surlendemain.

2 nuits à Sengigi

Pour patienter, nous passons la nuit et la journée suivante à Sengigi, la station balnéaire de Lombok. La plage est grande et pas trop désagréable. On retrouve bien entendu les vendeurs ambulants qui ne nous laissent aucun répis, mais que voulez-vous, c’est le jeu !

Chaque soir, nous nous rendons au point de la plage le plus propice pour voir le coucher de soleil. Le spectacle est juste dingue : alors que pendant toute la journée nous ne voyions qu’à l’horizon un ciel bleu teinté de quelques nuages, lors du coucher de soleil, une forme conique parfaite apparaît. La première fois, nous avons cru aux ombres des nuages puis nous avons vite compris de quoi il s’agissait : le ciel se couche pile poil derrière le mont Batur situé sur Bali. Au moment où l’astre passe derrière le géant de terre, ses rayons nous proposent un contre-jour parfait du volcan. Folie de la nature.

C’est parti pour 4 jours de Komodo Trip !

Enfin, nous embarquons pour 4 jours à bord du bateau de Kencana Aventure, avec 17 autres convives. Nous sommes 6 Français. Nous 3 et 3 copines Marion, Melissa et Sarah venues en Indonésie ensemble pour 3 semaines de vacances. Aussi, il y a quelques Indonésiens, un couple d’Anglais et un groupe d’Allemand. Nous sommes les plus vieux du bateau (enfin surtout Arnaud :p).

Pour être honnête, cette croisière n’aura pas été aussi bien que ce à quoi on s’attendait. Déjà le bateau n’était pas très grand. On a fait exprès de choisir celui avec le moins de personnes à l’intérieur (20 + le staff) mais du coup, notre embarcation était plutôt étroite.

Pour dormir, ça allait. Comme prévu, nous dormions tous sur le pont supérieur, protégé par des bâches, sur des petits matelas accolés les uns aux autres.  En revanche, la partie jour était plutôt petite : un petit pont + une petite salle principale dans laquelle nous étions tous, tout le temps, soit assis par terre ou assis sur des bancs étroits en bois. On a croisé certains bateaux avec un deuxième pont extérieur accessible pourvu de gros poufs…clairement ça aurait été plus confortable dans ces conditions.

De toute façon, c’est vrai que le confort était rudimentaire : pas d’eau potable sur le bateau, à l’exception d’un bidon d’à peine 50 litres pour 20 personnes pour 4 jours. Bref, on se dé-salait vite fait (mal fait) à l’aide d’une bouteille d’eau percée et puis voilà. Du reste, on se brossait les dents en crachant par-dessus bord 😉. Côté nourriture en revanche, rien à dire, c’était très bien. Bien cuisiné, en suffisamment grosse quantité pour satisfaire les plus gloutons.

Quelques frustrations

Côté activité, là aussi nous avons été déçus. On pensait qu’on ferait plus de snorkelling et surtout du meilleur snorkelling. Les quelques spots où nous nous sommes arrêtés n’avaient pas grand-chose d’exceptionnel. Au Manta Point, nous n’avons vu aucune raie manta, pourtant c’est pas faute de les avoir cherchés ! Et cerise sur le gâteau, certaines plages étaient vraiment crades, du genre où tu te baignes et tu marches dans des sacs plastiques… On sait que l’Indonésie à encore beaucoup d’efforts et de progrès à faire au niveau des ordures, mais pour le coup, ici, au milieu de nulle part, proche d’îles inhabitées qui servent simplement d’attractions aux touristes qui passent ici pour faire du snorkelling et voir un point de vue… bah c’est décevant. S’il y a autant de déchets, cela veut dire que ce sont les touristes et les activités touristiques qui polluent les environs. Désolant.

Pour finir, la dernière journée se passera en excursion sur l’île de Komodo puis sur l’île de Rinca. Afin de voir, dans leur habitat naturel, les fameux dragons de Komodo que l’on ne trouve nulle part ailleurs. Petite déception encore une fois. Les îles n’ont rien d’exceptionnel, on se balade sur un chemin très bien tracé, au milieu d’une végétation aride. De temps à autres on croise un dragon apathique. Pour être franche, là où l’on en voit le plus, c’est en dessous des cuisines. Ils y sont au moins 4 ou 5 et attendent là, qu’un truc leur tombe dans la gueule. On en a même vu un manger un sac plastique… Si vous ne deviez faire qu’une seule île, je vous conseille plutôt Rinca, la balade est plus sympa.

En règle général, la partie activité était plutôt frustrante. Nous n’avions pas vraiment le temps de profiter des lieux, à chaque fois notre guide nous disait « 30 minutes d’arrêt ici et après on repart » ou « vous allez vous baigner, on monte au view point et dans 1h on reprend la route »… bof, ça fait un peu tourisme à la chinoise vous ne trouvez pas ?

Au bout de 4 jours, nous arrivons enfin au port de Labuhan Bajo, avec un avis vraiment mitigé. Si c’était à refaire, on ne le referait pas. On se débrouillerait par nos propres moyens pour atteindre Florès puis nous aurions demandé à un capitaine de nous emmener pendant deux jours dans le parc national de Komodo, voir les raies mantas, faire du snorkelling et voir les dragons sur Rinca et profiter des paysages magnifiques. Sinon, il parait que c’est mieux en partant de Florès pour rejoindre Bali.

Bon à savoir

 

Faire un Komodo Trip vers Florès

Réservez votre Komodo Trip directement depuis Sengigi. Il y a beaucoup plus d’agences à Sengigi qu’à Bangsal. On vous dira qu’il n’y a qu’a Bangsal que vous trouverez des agences, que tout le monde vend la même chose etc, c’est faux. Allez à Sengigi et démarchez plusieurs agences.

Prix du Komodo Trip :

Nous avons payé 1 750 000 rps (~110€)/ personne pour : le transport de Bangsal à Sengigi + le transport de Sengigi jusqu’au bateau + 4 jours de bateau avec tous les repas compris + TOUTES LES TAXES d’entrée dans le parc national de Komodo.

Pensez bien à toujours demander si le prix comprend toutes les taxes d’entrées, demandez et redemandez. Généralement le prix d’appel est à 1 650 000 rps auxquels vous risquez de devoir ajouter des taxes d’entrées qui s’élèvent à 350 000 rps/personne. Si vous souhaitez une cabine privée, les prix sont indiqués à 2 000 000 rps/personne

 

Nous voici maintenant à Florès, notre dernière étape en Indonésie. On vous retrouve très vite pour un article sur la plongée dans le parc de Komodo !

 

Cet article vous a été utile ?

Partagez, commentez et épinglez-le !

Pin It on Pinterest

Share This

Cet article vous a plu ?

Pourquoi ne pas en faire profiter vos amis ou le garder en mémoire ? Partagez cet article !