« J'ai envie de pleurer tellement je veux partir » | On Part Quand ?

"J'ai envie de pleurer tellement je veux partir"

12h00 : Panne sèche.

Ça fait maintenant une dizaine de jours que j’essaye vainement de trouver l’inspiration pour écrire un nouveau billet.

J’ai bien conscience que l’activité du blog, surtout à ses débuts, doit être régulière, mais rien à faire, j’ai le syndrome de la page blanche.

Panne sèche d’inspiration. Besoin urgent d’un distributeur d’idées.

Il y a bien plusieurs choses qui m’ont traversé l’esprit, j’aurais voulu vous parler de nos envies de voyages (vu que c’est un peu le propos de ce blog.. ahemm), des idées que nous avons, du projet auquel nous avons pensé, ou même un article sur l’Alhambra de Grenade mais j’ai eu beau tenter des premiers jets d’articles, rien ne me convenait.

 Panne sèche je vous dis.

ecriture blog

Du coup, je me suis mis un coup de pied au derrière et je me suis dit que j’allais ouvrir un nouveau brouillon et écrire, juste écrire ce qui me passe par la tête.

Et voilà, maintenant que j’en suis là, et que je ne sais (toujours) pas comment continuer…

 

… Une pause déjeuner plus tard…

Je me dis qu’il serait finalement pas si mal de partager avec vous la liste de nos envies de voyage et vous dire deux mots sur les raisons qui font que nous avons envie de voyager.

En fait, c’est assez compliqué d’expliquer en toute lettre ce que l’on ressent… Si je devais le dire avec les premiers mots qui viennent à l’esprit je dirais:

Besoin d’évasion. Envie de tourner une page et curiosité insatiable.

Je suis avide de nouveauté, de découvertes et d’aventures. Je veux du frisson, de l’original, de l’extraordinaire. Je veux me balader pieds nus au milieu du Salar de Uyuni et monter sur un dos d’éléphant; voir le plus beau ciel étoilé de ma vie et tenter de me faire comprendre en baragouinant une langue qui m’est encore inconnue. Je veux en prendre plein la vue et me nourrir le plus possible des différentes cultures et populations que nous croiserons, m’en imprégner pour en garder toujours un peu avec moi.

Plus j’en parle et plus mon cœur s’emballe. J’ai envie de pleurer tellement je veux partir.

Un jour, une dame m’a dit que j’avais une âme de conquistador. C’est un peu comme ça que je me sens, avec l’esprit colonialiste en moins. Bien entendu.

En fait, je n’arrive pas à me projeter plus loin. Quand je réfléchi à « la suite » je pense automatiquement voyage. impossible pour moi d’envisager un travail en CDI, un achat immobilier ou autres engagements durables. Les seules choses qui me viennent à l’esprit quand je pense à « l’après études » ce sont des images des paysages fabuleux que je pourrais traverser.

Mon appétit pour le voyage n’a cessé de croître ces dernières années. Comme quelque chose qui a toujours fait partie de moi, j’ai toujours envisagé de faire une partie de mes études à l’étranger.

arbre prairie

« Après le bac je ferais une année d’étude à l’étranger » disais-je en Terminale; « En 2ème année de Licence, je partirai faire une année en Erasmus ou aux Etat-Unis » j’annonçais fièrement au début de mes études supérieures ; puis en dernière année de licence, toujours en France, j’envisageai soigneusement un stage à l’étranger.

Finalement, rien de tout ça n’est arrivé mais six ans plus tard mes envies sont encore là, encore plus pressantes qu’avant. Il m’est donc impossible d’envisager la suite de ma vie sans y faire figurer cette merveilleuse aventure.

Fin de journée et toujours pas d’article

A l’époque, j’étais seule, aujourd’hui nous sommes deux. A deux c’est mieux comme on dit. En tout cas, aujourd’hui  je suis sûre que cette aventure n’aurait pas la même saveur si je la pensais en solo. Ni moins bonne ni meilleure. Le voyage en serait juste différent. Avec Arnaud de toutes façons, on s’est bien trouvé, il rêvait d’aller en nouvelle Calédonie pour changer d’air, pas eu besoin d’insister longtemps pour qu’on partage la même envie: celle d’aller voir la nouvelle Calédonie, mais pas que ! Aujourd’hui, je pars avec lui et c’est sûrement l’une des raisons qui font que je suis si impatiente.

On a pensé à un projet. On a un projet. C’est cela même qui nous permet de canaliser toute notre énergie en nous fixant des objectifs. C’est agréable de ne pas seulement dépenser son énergie à rêver et de faire en sorte de la redistribuer dans des activités qui vont nous permettre de vivre nos rêves. Le blog en est le premier résultat visible.

Je vais terminer cet article (que j’aurais mis la journée a écrire) ici. Ça va me permettre d’en écrire un autre dans les prochains jours. Un peu brutale comme fin j’en conviens, mais je crois que j’ai refait un demi-plein d’idées. La prochaine fois, je vous parle (enfin) de notre projet !

A très vite!

Laure

Pin It on Pinterest

Share This