Défi-photo n°1 : La Nostalgie - On Part Quand ?

Défi-Photo #1 : La Nostalgie

Il y a 15 jours, je vous parlais de mon idée de me lancer, avec d’autres blogueuses, dans un défi photo. 15 jours pour réaliser une série de photo prises durant notre quotidien, autour d’un thème choisi au préalable. Nous voilà donc, Lundi 16 août et il est l’heure de vous montrer la série de photo que j’ai faite autour du thème de cette quinzaine : La Nostalgie.

Dur dur comme thème, je ne vous le cache pas. La nostalgie, c’est le souvenir agréable de moments passés et c’est ce qui rend ce premier thème plutôt difficile. En partant d’un souvenir, il associe le temps et les choses à une émotion. Et faire ressortir une émotion en photo, surtout quand on est amateure, ce n’est pas facile.

La difficulté résidait aussi dans le fait que je suis en voyage, et donc que mes repères ici sont différents. La culture péruvienne est plutôt éloignée de la mienne et trouver des éléments qui me rappellent mon passé a été probablement la plus grande difficulté.

Quand je pensais à nostalgie, je pensais à la fois aux choses de mon passé, de mon enfance et de ma vie d’adolescente mais, forcément, avec nostalgie résonne aussi, dans ce contexte de voyage,  le souvenir de notre vie en France. Je me suis remémoré avec plaisir, les moments partagés entre copains, et en famille, nos petites habitudes de français et bien sûr tout ce qui peut me manquer aujourd’hui : la nourriture et un certain confort. Autant de repères qui me rappellent la France et mes racines, sans pour autant s’approcher de la mélancolie, qui elle, s’apparenterait plutôt au mal du voyage. Bref, pour cette première quinzaine j’ai essayé de trouver dans les rues d’Arequipa des éléments qui, d’une manière ou d’une autre, m’ont rappelé des instants joyeux en France.

Pour cette première édition du défi-photo, je peux vous présenter 4 photos. Ce n’est pas énorme, mais étant donné la difficulté du thème, je suis assez contente de pouvoir en sortir autant car honnêtement, j’ai bien galéré ! J’aurais par exemple voulu prendre une photo de chat en souvenir de ma Minouch’ ou encore prendre une jolie photo d’une vitrine de boulangerie française mais malheureusement ni l’un ni l’autre ne s’est trouvé dans les rues d’Arequipa, aussi étonnant que cela puisse paraître.

Photo n°1  : Andalousia, je me souviens

santa-catalina3

Ces deux photos ont été prises au Monastère Santa Catalina d’Arequipa. Véritable ville dans la ville, il m’a rappelé nos vacances passées il y a déjà deux ans en Andalousie. L’architecture et les couleurs flamboyantes de ces ruelles m’ont rappelé les rues entremêlées de la jolie Séville. Et les grands patios aux multiples arcades ainsi que les nombreuses plantes que l’on trouve dans le monastère m’ont rappelé notre magnifique visite de l’Alhambra.

Photo n°2 : Attrape-moi si tu peux

vieilles-voitures-policier-arequipa

Une voiture jaune citron qui me fait penser à La Poste, deux flics, qui passent par là, en uniforme, montent dans cette voiture et file vers de nouvelles aventures. Où est le voleur ? Ils n’ont pas l’air si préssé, peut-être se dirigent-ils plutôt vers le Museo del Pisco…

Photo n°3: Confidences de deux vieilles dames

vieille-voiture-nostalgie-montage

Au gré d’une balade dans les rues d’Arequipa, coup d’œil sur ce patio. Deux vieilles dames se racontent leurs dernières confidences. C’est qu’elles en ont des choses à se dire depuis le temps. Le nombre de voyageurs qu’elles ont transporté, le nombre de rues qu’elles ont traversé, elles se rappellent de tout ou presque, les noms, les rires, les petits  et gros bobos et les paysages. Désormais, elles finissent leurs vieux jours au coin de ce patio où le voyageur curieux peut s’imaginer ce qu’elles ont de beau à se raconter.

Photo n°4 : Un je t’aime du 14 juillet

défilé-arequipa1

Lundi 8 août, Arequipa fête ses 476 printemps. C’est la fête dans les rues, chaque province défile au son des musiques folkloriques. Les hommes et les femmes dansent, les robes tournent et les gens rient. Depuis deux semaines les festivités battent leur plein dans tout le pays. C’est qu’ici, la fête nationale ne se résume pas qu’à un seul feu d’artifice. Non, ici, du matin, au soir, trois fois par jours, on entend les fusées détonner dans le ciel et les musiciens déambuler dans les rues. Les drapeaux, sur chaque façade, volent au vent ; au milieu de la foule les gens se frayent un chemin, petits tabourets à la main ; les  badauds mangent des glaces au fromage sur la place des armes,  et, en ce 8 août, le défilé n’en finit plus.

Voilà pour cette première sélection ! Qu’en pensez-vous ?

Pour connaitre le thème de la prochaine quinzaine, rendez-vous sur la page Facebook du blog 🙂

A très vite !