Terrorisme, sécurité : Faire le choix d'un voyage dans ces pays où l'on a peur d'aller | On Part Quand ?

Lorsque nous annonçons notre départ prochain pour l’Algérie à l’occasion d’une petite semaine de vacances fin juillet, les réactions qui en résultent sont rarement des plus optimistes. Souvent surpris, parfois embarrassés, nos proches sont inquiets. L’Algérie, en ce moment, ça fait peur.

L’annonce

La première question que l’on me pose est bien entendu celle de la raison: « Ah bon?! Pourquoi? ». Pourquoi choisir d’aller dans ce pays, qui, a priori présente si peu d’intérêt et dans lequel ces derniers temps il est déconseillé d’aller? Pourquoi avoir envie de prendre des risques en passant notre seule semaine de vacances dans un pays où la menace terroriste est si présente? Pourquoi ne pas plutôt aller faire un tour en Italie, en Espagne ou même en Corse?

La raison première de notre départ c’est mon père. Il y habite et y travaille depuis 5 ans, il connaît bien le pays et lui rendre visite nous permet de partir à moindre frais. Toutefois, si je tiens à ce voyage, c’est aussi parce que l’Algérie n’est pas un pays touristique et par conséquent ce n’est pas le premier pays auquel on pense quand on cherche une destination. Mon père y habite depuis 5 ans, et bien que la situation n’ait pas toujours été toute rose, il va bien. Sa présence nous assure une facilité pour se déplacer dans la ville et une sécurité certaine. J’en conviens. Mais tout de même, l’occasion de se rendre en Algérie ne se représentera certainement plus si naturellement.

Les risques

Si l’on se réfère au site du ministère des affaires étrangères, l’aventure n’est pas sans risque surtout dans certaines zones, notamment celles proches de la frontière libyenne. Le risque est présent et j’en ai conscience. Je sais que nous ne découvriront pas les paysages de Kabylie bien qu’on nous en ait vanté toute leur beauté. Je sais que nous n’irons pas non plus passer un jour ou deux à dos de chameau dans le désert  et je sais enfin qu’on ne pourra prolonger notre séjour en baroudant à droite à gauche comme nous prévoyons de le faire pendant notre Tour du monde.

Mais à en voir cette carte publiée dans plusieurs grands médias du net, l’aventure est carrément déconseillée…

carte pays risque

Cette carte n’est-elle pas un peu too much ?

Certains pourraient penser que je ne me rends pas compte des risques, que je vis un peu au pays des Bisounours et que la situation est bien plus compliquée et dangereuse que ce que je crois. Qu’on soit d’accord, loin de moi l’envie de minimiser tous les risques présents. Je crois qu’il faut surtout aller quelque part en étant au courant des risques et en ayant une vision globale et neutre de la situation politique du pays. Certains pays sont inaccessibles et je ne suis pas là en train de vous convaincre de vous y rendre. Nous n’avons aucune raison de nous rendre dans  un pays en guerre. A moins d’être en mission humanitaire ou militaire, notre rôle n’est pas de venir visiter ce pays aux heures les plus sombres de son histoire. La Syrie a des richesses inouïes à nous offrir mais malheureusement, aujourd’hui il ne serait pas correct pour les populations – et bien trop dangereux pour nous- d’y faire un voyage touristique. Cela n’a d’ailleurs aucun sens.

La peur

Néanmoins, je pense qu’il faut faire attention à la médiatisation massive. Il ne faut pas minimiser les risques mais avoir peur de tout n’arrangera rien! Prendre conscience de la situation du pays dans lequel on se rend, savoir que, oui, il y a des coins inaccessibles et interdits mais attention à ne pas tomber dans une psychose! Ce n’est pas parce qu’on se rend dans certains pays qu’on se fera enlever ou qu’une bombe explosera dans notre quartier! La question latente du terrorisme, dans le monde actuel, est inévitable mais il faut faire attention à ne pas tout mélanger, à ne pas tout rejeter.

Partout les clichés et les amalgames  vont de bons trains emmenant dans leurs sillons un flot de peurs et d’angoisses qui aboutissent au repli des individus sur ce qu’ils connaissent le mieux: eux. La réciproque est vraie. Cercle vicieux.

Pourtant, il fût un temps où les pays du Moyen Orient en faisaient rêver plus d’un. Où l’imaginaire collectif se retrouvait dans les Milles et Une nuits. Le Moyen Orient est riche d’une culture forte, marquée dans son architecture, ses us et ses coutumes, ses saveurs, ses odeurs. La guerre est une réalité mais n’en est pas la seule réalité.

En France aussi on a connu le terrorisme. L’attentat du RER B à Saint Michel en 1995 et bien sûr, les événements récents de janvier contre Charlie Hebdo en sont de noirs témoignages. Impardonnables, intolérables. Pourtant Paris attire toujours. Pourtant, quelle infime proportion de touristes nationaux et internationaux se refuse l’accès à la capitale ? Aux dernières nouvelles la ville figure toujours parmi les villes les plus visitées au monde.

Oui mais l’Algérie et tous ces autres pays, ce n’est pas pareil.

Et pourtant, les témoignages de ceux qui se sont rendus au Liban, en Afghanistan, en Iran ou même en Syrie sont unanimes: ces pays sont empreints d’une richesse culturelle et humaine sans précédent.

L’Algérie ne bénéficie pas du même imaginaire oriental mais je reste persuadée que c’est un pays qui offre aussi son lot de surprises, qui lui sont propres et que l’on ne retrouvera certainement pas ailleurs.

desert orient

Pin It on Pinterest

Share This