Visiter Chiang Rai : ses temples et la villa royale de Doi Tung | On Part Quand ?

Après Chiang Mai, nous sommes partis visiter Chiang Rai, un peu plus au nord de la Thaïlande. Entre rencontres, visites historiques et découvertes architecturales, nous avons encore des choses à vous raconter. Vous nous suivez ?

Découvrir Chiang Rai, petite soeur de Chiang Mai

Nous arrivons à Chiang Rai après quatre petites heures de bus depuis Chiang Mai. La ville est beaucoup plus petite et les rues sont moins jolies mais qu’importe, les alentours doivent aussi valoir le coup !

Notre première mission ici : trouver un hôtel. Il est encore tôt, nous avons un peu de temps devant nous pour chercher et trouver chaussure à notre pied. Depuis notre arrivée en Thaïlande, nous n’avons pas été très chanceux au niveau de l’hébergement. Bien que le prix nous convienne, l’ambiance, elle, n’est jamais au rendez-vous et ça nous manque un peu de ne pas faire de rencontres. Cette fois, on aimerait bien trouver un endroit où l’on peut siroter une bière en discutant avec d’autres voyageurs.

Grâce à maps.me nous avons repéré les rues où l’on peut trouver des hôtels. Nous allons en visiter quatre : ils sont nickels mais bien trop chers pour nous ! On continue notre petit tour jusqu’à finalement tomber sur une petite guesthouse pourvue d’un charmant jardin tropical. Au milieu de la végétation, des tables rondes sont installées, l’idéal pour échanger ! On demande le prix, bingo c’est ce qu’il nous faut. Malheureusement, pas de chambre disponible pour ce soir. On opte donc pour le dortoir pour la première nuit puis nous réservons une chambre pour les trois nuits suivantes. Voilà une bonne chose de faite !

Après nous être installés, nous quittons la guesthouse pour aller manger un morceau au night market. On découvre ce petit marché plutôt sympa. Bien moins grand que celui de Chiang Mai, il est en revanche plus fréquenté par les locaux que par les touristes.

night market de chiang rai

On fait le tour des stands de nourriture qui encadrent une place centrale et on choisi de goûter un padthai recommandé par un québécois à côté de nous. On s’installera ensuite à sa table et partagerons quelques discussions autour de la ville et ces principaux intérêts touristiques.

Le lendemain n’a que peu d’intérêt. Nous louons un scooter et profitons du jardin de la guesthouse entre deux pauses pour aller manger un morceau.

Nous faisons la connaissance de Kim, musicienne amoureuse de la Thaïlande qui, elle-même nous présente Neung, un thaïlandais qui travaille à l’Alliance Française. On échange autour de plusieurs bières puis nous allons dîner sur le Night Market. Arnaud opte cette fois pour la soupe traditionnelle et je craque pour un mango sticky rice énorme ! Devant nous, les lady-boy font leur show, ça nous fait bien rire !

repas thailandais à Chiang Rai

Visiter la villa Royale de Doi Tung : en savoir plus sur la famille royale thaïlandaise

Le lendemain, nous décidons d’aller visiter les jardins royaux à Doi Tung situé à 50 km de Chiang Rai. Le trajet n’est pas très intéressant : nous sommes sur l’autoroute pendant 30km. Ensuite nous bifurquons et accédons à une route de montagne qui me rappelle celles empruntées sur la boucle de Mae Hong Son. Nous montons ces vingt kilomètres et arrivons enfin à Doi Tung, les fesses toutes endolories !

Le site s’avère être plus grand que ce que je pensais. Nous pouvons visiter le jardin mais le ticket d’entrée comprend aussi la visite de la demeure de la princesse-mère ainsi qu’un musée. Nous achetons nos billets et en avant ! La première chose que nous remarquons c’est qu’il y a peu de touristes ici. Bien sûr, nous retrouvons des touristes chinois mais par rapport à d’autres endroits ça reste très correct ! Il y a, pour la première fois, des touristes thaïlandais et nous, les deux seuls européens présents sur le site !

Un paradis fleuri et une noble demeure suisse en Thaïlande

Nous commençons par les jardins de la princesse-mère. L’endroit est très joli et très grand. La princesse-mère du roi y ayant fait planter de nombreuses variétés de fleurs au sein d’un parc très bien aménagé. Il fait chaud mais j’apprécie la vue de toutes ces couleurs et toutes ces plantes. L’endroit est très agréable !

Nous poursuivons ensuite avec la visite de la maison de la princesse-mère. Plus qu’une maison, c’est une très grande villa de type chalet suisse (elle vivait à Lausanne) que l’on découvre. Dehors, toujours ces fleurs et devant nous se dresse la majestueuse demeure de bois, dont les toits sont ornées de décorations typiques thaïlandaises, les mêmes que l’on retrouve sur les temples notamment.

Pour profiter vraiment de cette visite, on nous fournit un audio guide en français. J’adore les audio-guides, je trouve que tout de suite les visites sont beaucoup plus intéressantes et immersives. On pénètre dans la maison et on y découvre un merveilleux parquet lustré et un mobilier plutôt moderne ! La visite se déroule au fil des pièces, nous découvrons l’histoire et la personne qu’était la princesse-mère. On en apprend plus sur ses hobbies et ses engagements auprès du peuple thaïlandais. Un visite très riche et très jolie ! (Malheureusement, les photos sont interdites)

Le projet de développement durable de Doi Tung

Enfin, nous sortons de la maison et nous dirigeons vers le « hall of inspiration » un musée en hommage à la mémoire de la princesse-mère et de son fils, le roi très récemment décédé. Ici, on en apprend plus sur le projet mis en place par la princesse-mère en 1988 afin de venir en aide aux populations du nord du pays et notamment de Doi Tung.

En effet, pendant longtemps le nord du pays fut une région très pauvre où la culture de l’opium gênerait les revenus principaux. Les terres devenaient infertiles à cause des feu à répétitions, les femmes étaient vendues et prostituées, les infrastructures scolaire et de santé inexistantes. Les populations en proie à la misère et à la drogue, ne pouvait se sortir seuls de cette situation. La princesse-mère a donc décidé de leur venir en aide en développant un programme de développement durable (reconnu comme tel par les Nations Unies en 2003) dans lequel elle investît une partie de sa fortune au développement de la culture de légumes, de fruits et des infrastructures de base nécessaires aux populations, mettant fin, par la même occasion, à la culture de la fleur d’opiacé. Avec les années, le territoire a pu renaître.

Ainsi, ce musée nous en apprend sur la famille royale et nous permet de mieux comprendre pourquoi le roi et la princesse-mère ont été autant regretté. Ceci dit, ce musée est un hommage mais nous restons nuancé quant à la possibilité des thaïlandais de faire des critiques sur leur famille royale et gardons bien cela à l’esprit, malgré tout.

La visite des lieux se termine par le jardin arboré qui se situe à quelques kilomètres plus haut dans la montagne, un autre endroit très paisible où l’on a envie de s’installer pour l’après midi.

J’ai trouvé cette visite vraiment très intéressante et complète. On ne s’attendait pas à ça et c’est émue (pour ma part) et satisfaits de notre journée que nous rebroussons chemin vers Chiang Rai. Si vous avez le temps de rayonner autour de Chiang Rai, alors n’hésitez pas à aller visiter Doi Tung, ça en vaut vraiment la peine !

Bon à savoir
  • Entrée à Doi Tung : 200 bahts pour les quatre sites.

Possibilité de faire une balade sur des ponts suspendus dans la forêt (nous ne savons pas ce que ça vaut) pour 150 bahts

Visiter Chiang Rai : le temple blanc, la black-house et le temple bleu

Notre troisième journée de visite à Chiang Rai s’est divisé entre la visite de différents lieux d’intérêts : le très connu temple blanc, la maison noire et le temple bleu, très récemment érigé.

Le temple blanc, première déception

Quelqu’un nous avait dit d’arriver sur le site du temple blanc dès l’ouverture pour éviter les hordes de touristes qui se rendent sur ce lieu. C’était chose faite, nous arrivons aux alentours de 8h30 là-bas et devinez quoi ? Il y avait déjà des touristes chinois. On commence à avoir l’habitude !  On découvre aussi que l’entrée est désormais payante alors qu’hier encore on nous disait le contraire… Bref, on se déleste des 50 baths réglementaires et nous pénétrons sur les lieux. Nous faisons face au temple qui, il faut bien l’avouer, est très impressionnant par les détails de sa construction.

temple blanc à visiter à chiang rai

On prend quelques photos puis accédons à l’intérieur du temple. Ici, nous avons cependant été plutôt déçu : rien de fameux à l’intérieur à part un grand bouddha et une statue de cire d’un moine en train de méditer. On sort assez vite, jetons un regard a l’arrière du temple et voilà. La visite est terminée… On reste un peu sur notre faim !

On se console devant un café en face du temple. Le temps de regarder l’itinéraire pour rejoindre la black house, on se fait aborder par deux voyageurs : Alex et Lise que nous avions déjà rencontré en Bolivie ! Ils nous ont reconnu et cette fois, c’est eux qui s’invitent à notre table pour discuter un petit moment. On prévoit de se recontacter en fin de journée pour passer la soirée ensemble.

La maison noire (Baandam museum) : deuxième déception

Nous filons ensuite vers la maison noire. On paye notre droit d’entrée et en avant pour cette visite qui, en toute honnêteté ne nous a pas vraiment inspiré. Malgré la superficie du lieu – un immense jardin dans lequel trônent une quarantaine de maison en teck agrémentées d’œuvres artistiques très…spéciales – l’endroit reste encore assez obscure pour nous. C’est clairement une visite qui ne restera  malheureusement pas gravé dans notre mémoire !

black house baandam museum à Chiang Rai

Le tout nouveau temple bleu à voir à Chiang Rai

On se dirige enfin vers la dernière attraction de la journée : le temple bleu, qui vient à peine d’être construit. Ici très peu de touristes (à part quelques chinois bien entendu ! ). Nous découvrons un temple plus classique, sur lequel nous retrouvons néanmoins la pâte de l’école d’architecte l’ayant crée : les dragons à l’entrée, comme au temple blanc. La particularité de ce temple n’est cependant pas son architecture mais bien ses couleurs, à l’inverse de la grande majorité des temples bouddhistes que l’on peut voir en Thaïlande, celui-ci n’en »est pas doré et rouge mais bleu et doré. Nous entrons à l’intérieur du temple et y découvrons de très belles surprises : les peintures minutieuses qui ornent les murs et le plafond. Je retiens particulièrement cette peinture qui encadre la porte d’entrée.

bouddha dans le temple bleu à visiter à chiang rai

moine dans le temple bleu à chiang rai

Il est ensuite temps de retourner à l’hôtel. Nous retrouvons nos copains autour d’une bière et d’une bon repas au night Market puis il est temps de se quitter. Demain nous quittons la Thaïlande et rejoignons le Laos. On à hâte !

Bon à savoir

Tarifs d’entrées :

  • Temple Blanc : 50 bath
  • Baan Dam museum – black house : 80 bahts par personnes
  •  Temple Bleu : gratuit

Louer un scooter pour visiter Chiang Rai : comme souvent vous trouverez de nombreuses locations de scooter dans le centre ville. Nous avions un 125cc pour 200bath par jour.

Bus pour la frontière Chiang Khong : 65 bath/personne

La semaine prochaine, on se retrouve donc pour un nouvel article au Laos !
Restez connectés, on vous prévoit de la grande aventure !! 

Pin It on Pinterest

Share This