Carnet n°40 – 1 journée de vélo à Vang Vieng

Carnet n°40 - 1 journée de vélo à Vang Vieng

Que faire pour 1 jour à Vang Vieng ?

Nous arrivons à Vang Vieng pour deux raisons. La première, rejoindre Ophélie et Édouard, rencontrés à La Paz et avec qui nous étions restés en contact et la deuxième, couper le trajet de Luang Prabang jusqu’à Vientiane en deux.

Ce village fut autrefois un lieu privilégié de jeunes touristes venus pour se la coller sévère. Depuis leur chambre à air sur la rivière, chacun faisait escale de bar en bar en buvant un coup/prenant des produits et terminait défait à errer dans les rues du centre-ville quand il ne s’était pas noyé ou cogné brutalement la tête contre je ne sais quoi. Aujourd’hui, Vang Vieng n’est désormais plus qu’un village un peu trop développé ( il n’y a qu’à voir les complexes hoteliers vides installés le long de la rivière) qui accueille un autre type de tourisme (pas encore bien définit) au bord de l’ancien lieu de débauche.

Visiter les alentours à vélo

Il paraît que les alentours de la ville sont sympathiques donc nous nous étions mis d’accord pour faire une journée de vélo tous ensemble avant de reprendre nos routes respectives. Au final, Ophélie et Édouard sont contraints de faire demi-tour le lendemain de notre arrivée, c’est donc en compagnie de leur deux amis venus leur rendre visite que nous passerons notre journée de vélo.

Bon à savoir

Se rendre à Vang Vieng : 

Depuis Luang Prabang, bus réguliers pour Vang Vieng – 95 000kip/personne (~10€)

Où dormir à Vang Vieng ? 

Nous logions au Maylin Guesthouse un peu à l’écart de la ville. Très jolie guesthouse avec bungalow ou chambre hyper spacieuse avec terrasse et vue sur une petite rivière. 120 000 kip la nuit grand confort. La proprio n’est pas sympa en revanche.

Louer un vélo : 

comptez 15 000kip la journée pour un vélo de ville et 30 000 kip pour un VTT. Nous avions pris deux vélos de ville. Un peu galère sur la route de terre mais on est rentré sans bobo !

Le blue lagoon ne vaut pas le coup

Notre premier arrêt s’est fait au  » blue lagoon », la belle arnaque du coin. Imaginez un étang à l’eau soit disant turquoise – que je rapproche plutôt d’un vert émeraude pas très clair – au milieu d’un mini parc d’attraction en bambou, dans lequel des hordes de chinois sont venus, en buggy, s’essayer à sauter du haut d’une liane ou d’une plateforme. Bref, tout cela n’a aucun intérêt et en plus c’est moche. À la limite, allez visiter la grotte qui vaut un peu plus le coup, si comme nous, vous vous retrouvez là-bas. Nous qui voulions nous baigner, à peine 30 minutes plus tard nous sommes de nouveau face à nos vélos, prêts à remettre les pieds sur les pédales. On décide de chercher un autre endroit où se baigner, un truc plus sympa où l’eau sera plutôt propre et de préférence un lieu inconnu des chinois.

grotte blue lagoon vang vieng

Ang Luang Cave, en chantier mais au calme !

On fini par trouver notre bonheur au Ang Luang Cave. L’endroit est encore à moitié en chantier il faut dire. De plus la route est tellement pourrie pour y arriver que ça limite le nombre de personne qui s’aventurent jusque là. Le lieu ressemblera cependant bientôt au Blue Lagoon, en plus grand. On parle d’ailleurs de Blue lagon Bis.

Pour le moment, l’endroit est désert et nous permet de jouir pleinement d’un grand bassin d’eau dans lequel nous pouvons sauter depuis une plateforme, poser nos fesses dans des chambres à air sur l’eau ou encore lire sur un radeau. Bref, la même chose mais en mieux : nous sommes seuls et l’endroit est calme. Il y a même un autre bassin dans lequel on peut descendre en s’accrochant à une tyrolienne. On pose nos affaires ici pour toute l’après midi, comme à la piscine.

Ang uang Cave Vang Vieng

Après cette longue parenthèse rafraîchissante nous enfourchons nos vélos et rentrons au village. Demain nous filons à Vientiane.

Quand les plans changent…

L’étape d’après la capitale aurait dû être Tahkek, encore un peu plus au Sud. La région est réputée pour ses paysages et ses nombreuses grottes et cascades que l’on peut découvrir à l’occasion d’une boucle en scooter. Nous étions motivés puis finalement on a commencé à se poser pas mal de question.

Pour être honnête, le Laos, on n’arrive pas à accrocher. On nous avait parler de sa population hyper accueillante, d’une vie authentique et de paysages magnifiques. Nous avons plutôt le sentiment d’être au milieu d’un pays qui s’est transformé trop vite pour le tourisme, dans lequel la population est presque blasée et où les paysages sont très(trop?) redondants.

Nous n’arrivons pas à créer de lien avec les locaux, nous avons l’impression d’être prisonnier de notre tourisme et on en a un peu ras la casquette que les seules choses à voir partout où nous allons soient des grottes et des cascades, aussi jolies soient-elles. Bref, faire cette boucle en scooter nous paraissait être encore une fois quelque chose que nous avions déjà vu cent fois. Finalement ça ne nous faisait pas rêver. Finalement nous n’avons plus envie.

Ce soir là, avant de prendre notre bus pour la capitale du Laos nous avons donc mis à jour nos plans de voyage : depuis Vientiane nous retournerons directement en Thaïlande plus précisément à Bangkok, d’où nous reprendrons un train de nuit pour rejoindre le plus vite possible la frontière avec la Malaisie et aller se dorer la pilule au soleil, dans un pays dont on n’ entend finalement que peu parler.

Et vous savez quoi ? Nous avons bien fait !

Bon à savoir

Se rendre à Vientiane ? 

Depuis Vang Vieng : 50 000 kip/personne – 6h de trajet. Nous sommes passés directement par notre guesthouse. Prix comprenant transport de l’hôtel à la gare routière.

Traverser la frontière Vientiane Nong Khai ?

Prendre un bus de Vientiane à Nong Khai. 15 000 kip/personne (~2€). Depuis la gare centrale de Vientiane, un bus toutes les heures environ. Le bus vous dépose au poste de frontière Laos puis Thaïlande. Taxe de sortie du Laos : 11 000 kip/personne (après 16h)

Que faire à Nong Khai ? 

En profiter pour visiter l’Isaan ou prendre un train direct pour Bangkok. Train de nuit ~800 bath. La gare ferroviaire est accessible à pied depuis le poste de frontière.

Vous l’avez compris, ce carnet est notre dernier au Laos. La prochaine fois on se retrouve avec le bilan et très vite derrière le début de nos aventures en Malaisie ! À bientôt !

 

Partagez l'article !

Passionnée de culture et de voyages c’est tout naturellement qu’à la fin de mes études j’ai décidé de partir, avec mon conjoint, dans un long périple à travers le monde.

Comments

  1. Voui voui bin vous avez bin fait de changer vos plans….hihi.peu de photos sur ce carnet.bon voyage les loulous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*