Notre choix de vaccins pour un tour du monde | On Part Quand ?

Santé en voyage : les vaccins pour un Tour du monde

Quels sont les vaccins préconisés pour un tour du monde ?

Bien malins que nous étions, jeunes padawans du voyage, de croire que deux boites d’immodium, un tube d’Arnica et notre fort taux dondes vibratoires suffiraient à nous prévaloir de toutes ces maladies qui traînent sur la planète.  Figurez-vous que l’on sait que nous tomberons, malgré tout, malade dès les premiers jours (rappelez-vous en Algérie…) ; mais une petite tourista c’est de la gnognotte à côté de tout ce qui pourrait nous attendre : Dengue, palud, hépatite, fièvre jaune, rage, encéphalite japonaise, typhus, choléra ou encore chikungunya… aaaaaah non merci !

Quelle idée on a  eu, nous, de vouloir partir si loin ? La moitié de ces maladies on ne les connaissait pas avant et on ne s’en portait pas plus mal … Bon, voyons le bon côté des choses au moins, quand on prépare son tour du monde on acquière un max de connaissances !

Annuaire de ces maladies toutes mignonnes qui envoient des paillettes et nous font péter des papillons (ou pas)

  • La fièvre typhoïde : On l’attrape quand une gentille bactérie provenant de matière fécale humaine, se glisse malencontreusement dans notre nourriture… miam. Symptôme : fièvre, maux de tête, constipation ou diarrhée, fatigue et perte d’appétit. La période d’incubation varie de 1 à 3 semaines. On sera surtout confrontés à la maladie en Asie du Sud-Est.
  • La fièvre jaune : C’est une maladie virale transmise par nos amis les moustiques. On dit « jaune » car on deviendrait un peu jaune quand on l’attrape. Les symptômes se rapprochent du combo gagnant grippe + gastro : fièvre, douleurs musculaires, maux de tête, vomissement, frissons… tout un tas de joyeusetés quoi. On y sera surtout exposés en Amérique du sud. D’ailleurs, le vaccin est obligatoire pour pouvoir se rendre dans certains pays.
  • L’hépatite A : C’est une maladie  que l’on peut choper de façon virale ou par contamination. On peut l’attraper en mangeant ou en buvant un truc contaminé ou en étant en contact avec quelqu’un de contaminé. Globalement, ce sont les mêmes symptômes sympathiques que les précédentes maladies. On y sera exposé en Amérique du sud et en Asie.
  • La rage :  Tu peux l’attraper si tu caresses un chienchien tout foufou et un peu baveux  mais troop choupi et que… GNAC ta main ! Pas cool. Faut pas regarder les symptômes parce que ça fait un peu flipper…ça donne un peu l’impression de se retrouver dans walking dead.
Bon à savoir

Bien que la rage ne sévisse plus en France, c’est une maladie encore très répandue dans de nombreux pays d’Asie et d’Amérique du sud notamment. Le vaccin se fait en 3 injections qui ont un certain coût (42€ au centre de vaccinations internationales d’Avignon).

D’ailleurs, ce n’est pas vraiment un vaccin à proprement parlé car il n’empêche pas d’avoir la maladie. Ces trois injections nous permettent d’avoir quelques jours de plus, en cas de morsures/griffures/léchouilles sur plaie, pour rejoindre un hôpital et nous faire vacciner en curatif. Ainsi, sans la prévention nous devons rejoindre un centre de soins en 3 jours maximum alors qu’avec la prévention nous aurons 2-3 jours de plus à notre disposition. Donc vous comprendrez que si on se fait mordre alors que nous sommes à plus de 8 jours de marche de toute civilisation, ça craint (vraiment) pour nous…

  • L’encéphalite japonaise : maladie provenant du porc et des oiseaux sauvages transmise par les moustiques en zone rurale surtout lors de la saison des pluies. On y sera exposé en Asie. Le vaccin contre l’encéphalite japonaise réduit le risque de contracter la maladie, mais il ne supprime pas totalement les risques d’infection. Risques très faibles pour les voyageurs qui se rendent en Asie, surtout en zone urbaine. Le vaccin est conseillé aux expatriés ou voyageurs devant résider plus de 30 jours dans ces régions ainsi qu’aux voyageurs avec une activité extérieure importante, plus particulièrement dans les zones de rizières ou de marécages, pendant la période de transmission du virus. 20  à 30 % des cas en meurent, et 30  à 50 % des survivants présentent des séquelles neuropsychiatriques.
  • Le paludisme : se transmet encore une fois par les moustiques, c’est comme une très grosse grippe et ça peut être mortel. Et pour pousser le vice, certains virus du palud sont récidivants. On y sera exposé encore une fois en Asie et en Amérique du sud. Il n’existe pas de vaccin contre le palud.

 

Et du coup, quels vaccins avons-nous fait pour ce tour du monde ?

Pour l’Amérique latine, on est obligés de se faire vacciner contre la fièvre jaune pour entrer sur le territoire. L’hépatite A et la fièvre typhoïde nous paraissent quand même vraiment pas sympa comme maladies et un peu trop facile à contracter donc on ne s’est pas posé beaucoup de questions, nous avons fait les deux vaccins. En revanche, on s’en ait posé un peu plus pour le palud, la rage et l’encéphalite japonaise…

En vrai on est pas sur de trouver les chiens trop choupis ni de vouloir les caresser et/ou de tomber sur des chiens pas très choupis qui auraient envie de nous mordre et qui seraient atteints de LA maladie. Idem pour l’encéphalite japonaise, oui c’est une maladie grave, et oui, avec un peu de malchance l’un de nous pourrait être LE cas sur 1 million de voyageurs (source) qui se fait piquer par le pu*%$!n de moustique qui fallait pas, mais en considérant qu’on a à peu près 1 chance sur 85 de mourir dans un accident de voiture et qu’aux dernières nouvelles, on est encore vivant, on a décidé de ne pas s’encombrer de toutes ces injections.

Effectivement, « on ne sait jamais », « vaut mieux être prévoyants » etc mais pour nous la prévoyance à deux limites :

  • notre avis sur les vaccins, surtout quand ils ne nous empêchent pas d’avoir les maladies…
  • le moment où notre porte-monnaie commence à faire sérieusement la tronche : 3 injections à 42€  pour la rage et 2 injections à 90€ pour encéphalite japonaise, faut pas pousser mémé…

Enfin, le palud nous pose un peu plus de problème, il faut quand même que nous nous protégions contre les moustiques et cette maladie mais le traitement est lourd et onéreux et ne peut être pris plus de 3 mois consécutifs. Du coup, on a trouvé la solution pour minimiser les effets indésirables et a priori le coût : nous partirons avec quelques boites d’un générique mais nous n’en prendrons que lorsqu’on sera en zone à risques (proche de point d’eau notamment).

Sinon, pour se protéger contre les moustiques, qui peuvent aussi nous refiler la dengue (entre autre), la meilleure des protections reste la prévention : vêtements longs, produits anti-moustique et moustiquaires pour éviter le plus possible de se faire piquer !

Voilà pour le point vaccination qui devrait être notre dernier point technique sur la préparation de ce tour du monde !

A moins de 3 mois du départ, nos préparatifs avancent plutôt bien. Il nous reste encore nos permis internationaux à faire, quelques rendez-vous médicaux à honorer et bien sur, à déménager et quitter nos boulots respectifs (la meilleure partie !). Nos prochains articles de la catégorie « préparer son voyage » seront donc publiés à quelques jours du départ : on vous donnera la liste de tout notre équipement et notre budget total pour ce grand voyage!

Et vous, vous pensez quoi de toutes ces maladies et de ces vaccins ? Pour les futurs voyageurs, on vous propose trois autres articles dans lesquels vous pourrez lire les conseils et les choix de grands voyageurs !

Pour en savoir plus

 Si l’article vous a été utile, partagez-le ou épinglez-le pour le retrouver facilement 😉

vaccins tour du monde

Pin It on Pinterest

Share This

Cet article vous a plu ?

Pourquoi ne pas en faire profiter vos amis ou le garder en mémoire ? Partagez cet article !